20 juin 2022

Article
7 min

4 tendances en matière de nuage hybride à connaître

Dans ce panel de l’événement BTEX 2022, les experts discutent de la modernisation des applications, de l’observation, des modèles de consommation et de la sécurité à la périphérie.

Expert CDW

Contenu
Panel de quatre experts assis lors d’un appel vidéo, dont le sujet porte sur les technologies de nuage hybride à venir.

« Alors que les clients cherchent à normaliser leur mode de fonctionnement sur le terrain et dans le nuage, nos conversations sont axées sur les systèmes informatiques qui assurent une uniformité des opérations, des processus et des capacités, quel que soit l’emplacement de ces charges de travail », explique Peter Hunter, chef de l’architecture de nuage hybride, CDW Canada, lors d’une discussion de groupe sur l’infrastructure infonuagique hybride à l’Expo des technologies d’affaires 2022 de CDW. Le nuage hybride nécessite des outils pour surveiller et sécuriser les données, et protéger les charges de travail lors du passage d’un nuage à un autre, tout en restant conforme, en offrant une connectivité constante et une expérience utilisateur satisfaisante.

« C’est là que se situe le défi », dit Peter Hunter. « C’est formidable de disposer d’une technologie qui vous permet de déplacer ou d’augmenter une charge de travail. Néanmoins, si vous devez l’utiliser différemment, il est très difficile de faire l’expérience d’un véritable environnement hybride. »

Se préparer à la modernisation des applications

Comment sauvegarder et récupérer une application dans le nouvel environnement, comment la protéger et quels outils utiliser (ces actions peuvent varier selon que vous êtes sur le terrain ou dans le nuage)? Voilà les questions clés que les organisations devraient se poser, selon Jason Fiset, spécialiste en solutions techniques chez NetApp. Du point de vue du client, Jason Fiset tente de comprendre les fonctions d’une application et les cycles de vie à maintenir, avant de recommander des solutions NetApp pertinentes.

« Notre point de vue ne porte pas sur le serveur. Notre point de vue porte plutôt sur l’application », explique Jason Fiset. « Quelles sont les meilleures portions qui permettraient qu’ils puissent déplacer cette application, en bénéficiant des mêmes capacités ou de capacités similaires à celles qu’ils utilisent sur le terrain? »

« Quel est le moteur de croissance qui motive ce changement? » ajoute Curtis Gunderson, architecte de solutions partenaire chez VMware. « Un client doit peut-être moderniser une application suite à un changement de processus commercial, un avantage concurrentiel en matière de coûts, ou peut-être qu’il doit remplacer l’application. Nous passons donc généralement en revue le « pourquoi » de l’application du point de vue de l’entreprise. »

« Dans un deuxième temps, nous examinons les composants de cette application », poursuit Curtis Gunderson. « Quels sont les composants de l’application pouvant être facilement intervertis ou remplacés, devons-nous réaménager la plateforme ou l’architecture? Votre organisation dispose-t-elle des compétences nécessaires pour le faire, avez-vous besoin d’une expertise pour réaliser ce réaménagement ou étendre certaines capacités? Ou encore, de quel type d’outillage avez-vous besoin pour faire correspondre ces charges de travail à ces capacités modernes? »

« Ces discussions sont complexes », conclut Peter Hunter de CDW. « Ils doivent comprendre le mode d’utilisation des applications et leurs composition. Cela exige une réponse nuancée. Il ne s’agit pas simplement d’agiter une baguette magique et hop, vous avez des applications modernes. »

Pourquoi l’observabilité est plus importante que jamais?

« L’observabilité consiste à examiner une application et à y répondre de manière appropriée », explique Peter Hunter. « Il s’agit d’une mise à l’échelle et du déplacement d’éléments, ainsi que d’une reconfiguration à la volée pour satisfaire l’expérience des utilisateurs. »

« Autrefois, une application fonctionnait probablement dans un même bâti de votre centre de données et sur un commutateur réseau en interne, et tous les composants étaient probablement exécutés sur la même plateforme. Aujourd’hui, les applications dépendent des API de services exécutées dans des nuages en externe. Toutes ces API peuvent occasionner des problèmes. L’observabilité est donc devenue incontournable pour assurer un bon fonctionnement. Elle est aussi bien plus compliquée », dit Peter Hunter.

« L’observabilité est critique, surtout lorsque nous examinons ces nouveaux types d’applications », explique Jason Fiset de NetApp. « Il est essentiel de fournir cette visibilité de bout en bout en comprenant les différentes dépendances et exigences de cette application pour un fonctionnement efficace dans l’environnement, et pour être en mesure de cerner ou d’identifier les domaines de préoccupation avant qu’ils ne deviennent un véritable problème. »

« Et puis, vous associez ces facteurs aux coûts de la plateforme sur laquelle vous l’exécutez. Si vous utilisez l’application au sein de votre centre de données, identifiez les coûts liés à l’exécution de cette application. Vous devez aussi évaluer vos coûts relatifs au nuage », ajoute Jason Fiset. Le coût est un facteur majeur susceptible d’influencer votre décision. Allez-vous déplacer une application vers le nuage ou allez-vous la maintenir sur site?

« L’observabilité peut s’étendre à tous les biens immobiliers », explique Simon Copon, directeur du développement commercial de HPE chez CDW Canada. « Cela peut concerner tous les sujets pour que les organisations puissent améliorer leurs décisions sur la base de renseignements fiables. Je pense qu’il est très important d’avoir cette visibilité, en particulier pour les TI afin de rendre cette information disponible à tous les autres services et réagir aux besoins de l’entreprise. »

Qu’est-ce qui stimule la croissance des modèles hybrides de consommation en nuage?

Les entreprises doivent penser à la transition des dépenses en capital (CAPEX), où elles doivent tout acheter à l’avance, à acheter uniquement ce dont elles ont besoin ou à des dépenses établies en fonction de leur consommation. « En définitive, tous ces critères reposent sur un autre modèle opérationnel en utilisant les services consommés sur demande, le tout étant axé sur l’abonnement. Vous payez pour ce que vous utilisez, et non pour ce maximum dont vous pourriez avoir besoin. »

« La consommation informatique a longtemps été associée aux centres de données à très grande échelle et aux services en nuage public », explique Simon Copon de CDW. Bien que les « centres de données à très grande échelle » aient préparé le terrain pour aujourd’hui, « la pandémie de la COVID-19 a tout fait basculer. La théorie est devenue réalité. Tout le monde doit s’adapter et apporter les changements appropriés. »

Les entreprises cherchent également à améliorer les flux de trésorerie et à contrôler leurs coûts, ce qui implique l’optimisation de leurs ressources, sans devoir acheter au-delà de leurs besoins. « Si votre architecture est bien pensée, à la bonne échelle, vous êtes maintenant à environ 100% d’utilisation, ce qui correspond bien plus au nouveau paradigme pour les installations sur site », explique M. Copon. « Le nuage n’est pas une destination, c’est une expérience. L’approvisionnement traditionnel des actifs informatiques ne se calque plus simplement sur l’activité numérique moderne d’aujourd’hui et son mode de fonctionnement. »

Comment protéger les charges de travail lorsqu’elles se déplacent vers la périphérie?

« Il est essentiel de sauvegarder et de protéger les applications, peu importe leur emplacement », explique Jason Fiset de NetApp. « La périphérie suscite des défis intéressants, car c’est là que le plus grand volume de données est traité. Qui plus est, certains jeux de données peuvent être assez volumineux. Il est vraiment essentiel de sauvegarder et de récupérer rapidement les données dans ces environnements. » La capacité de reproduire les données de la périphérie au centre de données classique est également d’une importance capitale.

« Il est primordial de cerner tous les composants à sauvegarder et à protéger. Il ne s’agit peut-être pas seulement de l’ensemble de données de base, mais peut-être d’autres éléments comme l’information de configuration ou de réseautage qui doivent être préservés et protégés en cas de panne en périphérie », explique Jason Fiset.

« C’est vraiment incroyable de voir à quel point la périphérie explose et se transforme », explique Curtis Gunderson de VMware. « La périphérie peut être un centre de données où s’effectuent les calculs. De nos jours, elle peut aussi être votre domicile, là où vous exécutez toutes vos applications essentielles à l’entreprise sur un ordinateur portable, au moyen d’une connexion à distance. Mais, comment s’assurer de la protection de tous vos outils? »

« Il s’agit de savoir ce qui fonctionne, ce qui devrait fonctionner et qu’elles sont les charges de travail prévues », affirme Curtis Gunderson. « Il s’agit de détecter un nouveau schéma d’utilisation qui n’est pas connu de cet utilisateur ou de cette charge de travail. Le détecter est une chose, mais l’empêcher de progresser et savoir ce qui a été touché, voilà les liens que nous devons rassembler. »