5 juillet 2022

Article
3 min

Infrastructure cinétique : le nouveau bloc de construction de votre centre de données

Considérez l’infrastructure cinétique comme un mégabloc. Il réduit le calcul, le stockage et le réseautage en un seul bloc, habituellement 7U, et vous pouvez le configurer pour répondre aux besoins de votre centre de données.

Expert CDW

Un conférencier du BTEX discutant de l’avenir de l’infrastructure cinétique

« L'infrastructure cinétique est la nouvelle base de l'infrastructure », explique Chris Haight, architecte de solutions principal, CDW Canada, s’adressant à l’assemblée lors de l'Exposition sur les technologies d'affaires (BTEX) 2022 de CDW. Affichant une diapositive de blocs LEGO à l’écran, M. Haight dit qu’il a commencé avec une infrastructure à trois niveaux. « Lorsque je pense à une infrastructure à trois niveaux, je pense à ces éléments de base : beaucoup de formes différentes, de tailles différentes, de couleurs différentes... et ils représentent l’informatique, le stockage et le réseautage. Nous, les professionnels des TI, nous rassemblons tout cela et nous les connectons, et nous aboutissons avec une solution d’affaires viable. »

Ensuite, vous aviez des centres à lames, qui sont représentés par deux pièces LEGO. « Ils étaient massifs et gros, ils ont connu quelques lacunes », dit Haight. « Mais ils ont ouvert la voie à l’infrastructure convergente », ce qui a permis de réduire les pièces Lego dispersées à deux blocs, un pour le stockage, un pour le calcul.

L’infrastructure hyperconvergée (Hyperconverged infrastructure, HCI) peut être perçue comme une poignée de blocs LEGO colorés. « Mêmes blocs, mêmes tailles, mais il y a un peu de réglage que vous pouvez faire avec ces nœuds HCI », dit Haight. « En général, lorsque vous configurez un groupe HCI, vous utilisez trois ou quatre nœuds identiques, et lorsque vous développez et mettez à l’échelle le groupe, vous ajoutez des nœuds similaires ou les mêmes nœuds. Si vous pensez aux offres HCI et infonuagique, cela a mené à l’évolution de l’infrastructure convergente vers ce qu’elle est aujourd’hui, l’infrastructure cinétique. »

Considérez l’infrastructure cinétique comme votre mégabloc

« Quand je pense à une infrastructure cinétique, je pense à ce mégabloc », dit Haight. « Je vais l’appeler le mégabloc, car il réduit le calcul, le stockage et le réseautage en un seul bloc, habituellement 7U. Vous pouvez le modeler en pratiquement tout ce que vous voulez. »

En ce qui a trait à l’infrastructure cinétique, vous avez un châssis dans lequel vous glissez diverses lames. « En général, les matrices du réseau ne comportent pas de plan intermédiaire », explique Haight. « C’est une chose clé à aborder, car les lames qui vont à l’avant s’interconnectent avec les matrices horizontales installées à l’arrière à travers quelques goupilles de guidage. Ce concept élimine un point de défaillance unique et permet également une expansion future, où il s’agirait de changer les modules pour des plus rapides ou obtenir des bandes passantes plus larges. Vous pouvez retirer ces modules et les remettre en place. »

Cisco et Dell sont deux des chefs de file en matière d’infrastructure cinétique. « Il existe quelques différences entre les deux », dit Haight. « Cisco UCS de série X offre deux matrices pour le réseautage, le stockage et d’autres modules orientés vers l’avenir. Le Dell EMC PowerEdge MX7000 offre trois matrices. »

Pourquoi devriez-vous envisager une infrastructure cinétique dans votre centre de données?

L’infrastructure cinétique « vous donne une empreinte physique réduite dans votre environnement, qu’il s’agisse d’un site distant, d’une colocation ou de votre propre centre de données », explique M. Haight. « Vous achetez moins d’équipement réseau. Vous n’avez pas besoin de stockage externe. Vous n’aurez peut-être pas besoin de votre réseau SAN ou de votre stockage NAS. Vous pouvez le modeler en tout ce que vous voulez. »

Les solutions Cisco et Dell ont un seul panneau de verre simplifié qui tire parti des API modernes. « Elles offrent beaucoup d’intégrations avec les plugiciels d’autres outils de gestion, et offrent un lancement d’interface utilisateur croisée. »

« Vous êtes au début du cycle de vie de ces nouveaux mégablocs », explique M. Haight, en notant que les anciens systèmes pourraient maintenant être en fin de vie.

 

Cas d’utilisation pour l’infrastructure cinétique

  • Consolidation et actualisation des centres de données
  • Machines et contenants virtuels
  • Solutions de stockage défini par logiciel
  • Infrastructure de bureau virtuel
  • Applications de base de données
  • Charge de travail de transaction lourde (comme ERP)