7 novembre 2022

Article
8 min

Comment les écoles utilisent la technologie pour remodeler l’expérience des étudiants

Bien que la pandémie de COVID-19 ait accéléré l’adoption du numérique en salle de classe, de nombreux étudiants canadiens ont déjà eu accès à la technologie, y compris des ordinateurs portables, des tablettes, des Chromebooks et même des appareils de robotique et de réalité virtuelle au cours de la dernière décennie.

Expert CDW

Contenu
Plan large d’enfants à l’école en cours de laboratoire informatique.

Si vous pensez que l’école comprend un enseignant écrivant sur un tableau noir devant une salle remplie d’étudiants qui prennent des notes sur du papier, vous êtes dépassé. La transformation numérique a remodelé une grande partie du monde et l’éducation n’est pas en reste.

Bien que la pandémie de COVID-19 ait accéléré l’adoption du numérique en salle de classe, de nombreux étudiants canadiens ont accès depuis une décennie à la technologie, y compris des ordinateurs portables, des tablettes, des Chromebooks et même des appareils de robotique et de réalité virtuelle, déclare Alisteir MacLeod, stratégiste pour l’éducation chez CDW Canada.

« Au cours de la pandémie, de nombreux secteurs scolaires en Ontario ont basculé vers l’apprentissage à distance. Cette transition a mis un certain temps », dit-il. « Mais maintenant que c’est fait, je crois que les prochaines transformations seront beaucoup plus rapides, car les établissements ont déjà réalisé les investissements dans l’infrastructure et développé une procédure à suivre ».

Pourquoi les systèmes de gestion de l’apprentissage ont-ils vraiment pris leur envol?

Le chef de file actuel du marché croissant des systèmes de gestion de l’apprentissage (SGA), qui permet au personnel et aux étudiants de publier, participer et discuter des cours en ligne, est Brightspace. Ce dernier a mis au point un programme d’apprentissage numérique auquel tous les secteurs scolaires de la province de l’Ontario sont inscrits.

« Même avec la reprise de l’apprentissage en personne, il y a encore des étudiants qui étudient à distance », dit MacLeod. « Certains secteurs scolaires ont donné aux parents la possibilité de poursuivre l’apprentissage à distance pour leurs étudiants et certains l’ont effectivement choisi. Parfois, les cours ne sont pas adaptés à l’emploi du temps des étudiants. Les étudiants se trouvent dans d’autres pays ou ils apprennent à la maison en raison d’une maladie. Les plateformes d’apprentissage en ligne ont été conçues dans cette optique. »

Bien que les outils puissent être puissants, ils ne sont pas sans controverses, reconnaît MacLeod : Par exemple, les syndicats s’inquiètent que les conseils ne remplacent les enseignants par la technologie, puisque les cours en ligne peuvent accueillir beaucoup plus d’étudiants que les cours en présentiel. Pour les enseignants, l’interaction simultanée avec les étudiants à distance et en personne peut représenter un défi. Qui plus est, de nombreux parents, notamment d’enfants plus jeunes, sont préoccupés par le temps d’écran.

« Les très jeunes élèves, surtout à la maternelle, n’utilisent généralement pas la technologie », dit Alistair MacLeod. « Parfois, ils l’utilisent, mais globalement la maternelle devrait être un lieu d’apprentissage basé sur le jeu et la coopération. On suppose que les élèves accèdent suffisamment à la technologie à la maison. »

« Même pour les étudiants plus âgés, les parents sont très inquiets au sujet du nombre d’heures d’écran et s’assurent que les étudiants n’utilisent pas les appareils à l’école pour jouer à des jeux ou rester sur les médias sociaux en tout temps, mais pour de l’apprentissage pratique », poursuit-il.

Apprentissage mixte : Comment s’est opérée la transformation numérique dans le secteur de l’éducation?

La plupart des écoles adoptent une approche d’apprentissage mixte pour intégrer des outils numériques dans la classe, avec des étudiants qui participent à la plupart de leurs leçons en personne tout en utilisant la plateforme en ligne comme ressource supplémentaire.

« Les enregistrements des leçons et les documents annexes sont chargés sur la plateforme. Les étudiants peuvent y accéder en soirée, tout comme les parents », explique Alistair MacLeod. « C’est une extension. Cela ne vise pas du tout à remplacer l’enseignant ou la classe, mais à enrichir l’expérience d’apprentissage pour les étudiants afin qu’ils puissent apprendre en tout temps et n’importe quand ».

Pour les enseignants, les tableaux interactifs ont prouvé leur utilité. Ils améliorent non seulement la capacité des étudiants à voir l’information, mais peuvent enregistrer des leçons et les partager avec des étudiants qui n’ont pas pu y assister ou qui veulent les revoir plus tard.

« De nombreux étudiants, y compris l’un de mes propres fils, n’arrivent pas à prendre des notes et à écouter le professeur en simultané », dit Alistair MacLeod. « C’est donc très utile de pouvoir écouter et essayer de comprendre dans la salle de classe, puis d’accéder et de passer en revue les documents à la maison ».

La transformation numérique donne également aux conseils scolaires la souplesse nécessaire pour créer des occasions d’apprentissage qui ne seraient pas autrement disponibles : Par exemple, Alistair MacLeod affirme que CDW travaille actuellement avec un secteur scolaire qui n’a pas pu offrir aux étudiants de deux écoles un cours particulier parce que trop peu d’entre eux s’y étaient inscrits. Néanmoins, il a pu le faire après avoir réuni ces élèves via un programme d’apprentissage à distance.

« Nous avons donc une situation où un enseignant a des étudiants qui fréquentent ses cours chaque jour, et certains étudiants d’une autre école à proximité participent en distanciel en même temps », dit Alistair MacLeod. « Au lieu que le cours soit annulé et que les étudiants perdent accès à l’enseignement, le professeur enseigne devant une classe remplie d’étudiants ».

Pour Alistair MacLeod, un autre avantage de la transformation numérique de l’éducation est l’exposition précoce à l’apprentissage axé sur la technologie. Le codage, par exemple, fait maintenant partie du programme de mathématiques de l’Ontario pour les étudiants, de la maternelle au niveau 12, et incorpore souvent des outils de pointe, y compris la robotique.

« Les apprenants du XXIe siècle sont censés avoir toutes sortes de compétences numériques et pouvoir fonctionner dans un milieu de travail tout aussi numérique », dit Alistair MacLeod. « Les écoles ayant subi la transformation numérique contribuent à cet objectif ».

/

Les apprenants du XXIe siècle sont censés avoir toutes sortes de compétences numériques et pouvoir fonctionner dans un milieu de travail tout aussi numérique. Les écoles ayant subi la transformation numérique contribuent à cet objectif.

Alistair MacLeod

/

Comment la technologie en matière d’éducation aide-t-elle les étudiants ayant des besoins spéciaux?

Un autre avantage de la transformation numérique dans l’éducation se trouve dans les fonctionnalités d’accessibilité sur les appareils, qui sont incroyablement utiles aux étudiants ayant des besoins spéciaux en matière d’éducation, selon Alistair MacLeod.

« Auparavant, les étudiants ayant des besoins spéciaux en matière d’éducation, en particulier des besoins importants, ne pouvaient pas assister aux cours standard » dit-il. « Ils étaient séparés dans leurs propres classes, leurs propres programmes ou, dans certains cas, dans leurs propres écoles. »

« Aujourd’hui, ils sont intégrés complètement aux salles de classe standard », poursuit-il. « Certains d’entre eux ont des assistants éducatifs à temps plein pour les aider à apprendre, mais beaucoup n’en ont pas besoin. La technologie y contribue largement. Si vous avez un étudiant avec une faible vision ou une mauvaise audition, cela ne l’empêche pas d’apprendre ».

Un autre outil utile est la réalité virtuelle et augmentée, qui permet d’aider les étudiants se trouvant sur le spectre autistique à assister à des cours à distance et en personne.

« En demandant aux élèves du spectre de l’autisme d’assister virtuellement à des cours avant d’y participer en personne à l’école, nous pouvons les aider à s’habituer aux routines d’une manière moins menaçante que directement à l’école », explique Alistair MacLeod. « Cela peut aider les étudiants qui ont beaucoup de mal à se retrouver dans un environnement bruyant ou qui n’est pas aussi rangé que celui auquel ils étaient habitués avant d’aller à l’école ».

Avantages de la technologie en matière d’éducation, tant professionnelle que personnelle

Ancien formateur lui-même, Alistair MacLeod compte plus de 30 ans d’expérience dans l’enseignement et la technologie IT en entreprise. Il a deux fils, tous deux dotés de styles d’apprentissage très différents. Il témoigne personnellement de certains avantages de la technologie en matière d’éducation.

« Mon fils aîné est en mesure d’apprendre de manière indépendante grâce aux outils numériques », affirme Alistair MacLeod. « Il fait toutes ses prises de notes, par exemple, sur une tablette avec OneNote. »

« Aujourd’hui, il est à l’université. En complément de ses études, il aura accès à des conférences d’autres établissements en ligne, afin qu’il puisse trouver… je ne vais pas dire de meilleurs enseignants que les siens, mais des enseignants qui proposent un point de vue différent ou une autre manière d’enseigner certains concepts », explique Alistair MacLeod. « Il pourra les voir et les comparer à ce qu’il apprend en classe. Et bien sûr, s’il doit manquer un cours pour une raison ou une autre, il pourra toujours y accéder en ligne. Et c’est normal ».

Le jeune fils d’Alistair MacLeod, entre autres, peut avoir du mal à rester organisé, ce qui rend des outils d’organisation numérique comme Microsoft OneNote (dont Alistair MacLeod reconnaît volontiers qu’il est partisan) très avantageux dans son cas.

CDW aide l’éducation à réussir la transformation numérique

Chez CDW, nous collaborons avec des conseils scolaires dans tout le pays pour vérifier que leurs leçons numériques et l’infrastructure associée sont à jour.

Nous sommes un partenaire particulièrement précieux, déclare Alistair MacLeod. En effet, plutôt que d’adopter une approche universelle, CDW fournit des évaluations détaillées de fournisseurs et des recommandations propres au contexte et aux besoins de chaque conseil.

Plus important encore, nous employons une équipe interne d’experts en la matière, comme Alistair MacLeod, avec une expérience pratique dans les secteurs qu’ils soutiennent.

« Ayant été du côté des entreprises, nous comprenons vraiment les défis et les occasions liées à l’intégration de ces technologies, tandis que d’autres partenaires pourraient ne pas disposer du même niveau d’expertise requis pour effectuer des recommandations qui soient adaptées au client et qui anticipent l’avenir », affirme Alistair MacLeod. « Je pense que c’est un énorme atout ».